Capteurs solaires

Un capteur solaire, dans sa forme longueur capteur solaire thermique (ou capteur hélio- thermique) est un procédé conçu pour capter l’énergie venant du soleil sous forme de chaleur, c’est-à-dire le rayonnement, et de la transmettre à un fluide caloporteur qui peut être soit gazeux soit liquide, afin de compléter l’action du panneau solaire (ou panneau photovoltaïque), qui transforme la lumière (ou les photons) en électricité.

On distingue différents types de capteurs solaires thermiques en fonction du type d’application à prendre en compte, la nature de l’élément caloporteur (liquide ou gazeux) et le niveau de température qu’ils permettent d’atteindre.

Généralement, on met une différence nette entre les capteurs à air et les capteurs à eau. Les capteurs à air aident, par l’apport d’air réchauffé, à augmenter la température de l’air environnant interne de quelques degrés Celsius. Le capteur à air est formé essentiellement d’un caisson éloigné couvert d’une vitre colorée. L’air froid entrant dans la partie basse du capteur est réchauffé dans son parcours dans le capteur pour ensuite circuler instantanément dans la pièce à chauffer. Bien qu’étant d’un fonctionnement simple, les capteurs à air sont pourtant peu utilisés. Les capteurs à eau, quant à eux, fonctionnent grâce à un fluide caloporteur. Ils se divisent en quatre familles : les capteurs non-vitrés (ou capteurs moquette), qui sont d’une structure très simple et qui sont utilisés surtout pour la chauffe de l’eau des piscines ; les capteurs non-vitrés à revêtement sélectif qui sont usés particulièrement pour le préchauffage d’eau chaude sanitaire dans les structures sanitaires, les planchers chauffants ou le chauffage à basse température ; les capteurs plans vitrés, composés de fluide caloporteur (généralement de l’eau mélangée à un antigel alimentaire ) qui passe dans une courbe plaquée en sous face d’une feuille absorbante, le tout placé derrière une vitre, dans un caisson isolé de laine minérale ; et enfin, les capteurs à tubes sous vides où le fluide caloporteur circule à l’intérieur d’un double tube sous vide. Le principe est pareil que pour celui des capteurs plans vitrés, l’isolation étant simplement assurée par le manque de molécules d’air.

Les capteurs solaires sont des moyens efficaces d’augmenter le rendement d’un panneau solaire, principalement dans les alimentations de grande durée ou de grande envergure telles que le chauffage d’une maison, le chauffage d’une piscine, les planchers chauffant ou les recharges de batterie solaire à haute capacité. Ils contribuent à la durée de vie des panneaux solaires puisque les aident à mettre en avant leurs capacités au maximum sans toutefois leur faire dépasser leurs limites. Les capteurs sont créés pour s’intégrer à différentes configurations de construction. En effet, les fabricants ont fait changer leurs gammes de produits pour assurer l’intégration architecturale des capteurs. Mis sur le toit, ils s’apparentent dans ce cas à des volets de grande taille. Pour plus de discrétion, certains peuvent être insérés dans la toiture. Ils remplacent alors une partie de la couverture, tuiles ou autres éléments. Les capteurs peuvent aussi être cloués au sol, contre l’habitat ou à proximité directe, ou encore posés en auvent en terrasse ou sur une véranda. Une maintenance annuelle est conseillée pour veiller au maintien d’une pression régulière du liquide caloporteur et pour s’assurer de la bonne circulation du liquide. La surface des capteurs doit être fréquemment nettoyée.